1ER ENJEU / Faut-il rassembler la communauté du design?


 
Par Vincent Cloutier

Rassembler la communauté québécoise du design figure en tête de liste des enjeux soulevés par les cinq organismes participants au dossier Design et politique de POIESIS. Il semble qu’il s’agisse d’une préoccupation majeure pour ces organisations qui ont parfois beaucoup de mal à rejoindre leurs membres. Alors que l’APDIQ cherche à « regrouper l’ensemble des professionnels répondant aux normes » qu’elle propose, l’ADIQ soulève l’importance de « faire valoir l’appartenance » des designers industriels envers leur association. D’autre part, c’est par souci démocratique et d’ouverture que Mission Design (MD) mise sur la concertation des acteurs de l’industrie québécoise du design. Ainsi donc, faut-il tous s’unir?

Certes, la force du nombre est un argument de poids si les designers souhaitent se faire entendre dans un contexte qui n’est pas toujours propice à la reconnaissance de leurs pratiques. Mais justement, l’unification des « designers », toutes disciplines confondues (architectes, graphistes, urbanistes, etc.), ne risque-t-elle pas d’accroître la confusion du public vis-à-vis les différentes professions qui se rangent sous un terme devenu générique : «le design » ? Sans compter qu’il n’est pas toujours évident d’accorder les designers eux-mêmes considérant que chacune des disciplines de ce « design » participe à une culture, ainsi qu’à une pratique qui lui est propre. D’autre part, n’est-il pas essentiel de se questionner sur l’incidence qu’ont les commanditaires d’un organisme fédérateur tel que Mission design (MD) ? Aussi, de par ses affinités pour l’innovation technologique et l’industrie, le MDEIE, l’un des principaux bailleur de fond de MD, ne risque-t-il pas d’être plus favorable au développement de certaines disciplines au détriment des autres ?

Au final, il apparait que la majorité se range du côté de l’unisson. À cet égard, la création récente de Mission design (en 2010) semble être un acte de foi de la part des acteurs de l’industrie du design. Après tout, la division des disciplines en plusieurs sous organismes réduirait certainement l’importance du rapport de force et des subventions disponibles, ce qui pourrait avoir pour effet de rendre encore plus difficile la valorisation sociale du design. Bien que les disciplines du design soient toutes singulières de par leurs pratiques, il ne faut pas perdre de vue que leurs fondements demeurent les mêmes : prendre en considération les besoins des usagers dans tous projets et formuler des solutions qui y répondent.

Publicités

5 réponses à “1ER ENJEU / Faut-il rassembler la communauté du design?

  1. La communauté doit se former d’abord dans les écoles. Étant de la première promotion à l’UdeM de design int. nous n’avions pas encore des cours ¨ à nous¨. Cette approche multidisciplinaire je la conserve dans ma pratique actuelle. Pas en touchant à tout… mais en respectant les pratiques des autres. Cela peut sembler évident! et pourtant.

  2. De toute évidence, la question est même presque superflue. Bien sur qu’il faut rassembler la communauté du design pour alimenter le débat sur l’existence et l’évolution du design lui même mais d’abord et avant tout sur l’apport positif du design dans le développement de nos modes de vies.
    Il nous faut parler de design…

  3. @ J.B >>> Je suis tout à fait d’accord avec toi ! L’ « esprit de communauté doit se former d’abord dans les écoles ». Malheureusement, je ne perçois actuellement que très peu de connections entre les programmes du premier cycle (baccalauréat) à la Faculté de l’Aménagement de l’UdeM, mis à part peut-être un ou deux ateliers auxquels très peu d’étudiants ont accès. Aussi, j’aimerais beaucoup entendre des enseignants s’exprimer sur cette question …
    Mme. Gagnon ?
    M. Poullaouec-Gonidec ?

    @ M. Denis Chouinard >>> Il est indéniable qu’il faut s’unir pour mieux communiquer le rôle du « design » dans notre société. Par ailleurs, je suis moins convaincu par les moyens jusqu’à présent déployés pour s’adresser aux citoyens. Je demeure d’avis qu’il faut très sérieusement se pencher sur la « problématique de la communication du design ». Il s’agit peut-être de mieux comprendre comment amener le citoyen à s’approprier le « design », non pas comme un qualificatif (ex: une chaise design), mais comme une action (ex: le design d’un système de vélo à libre service).

  4. Merci Louis de m’interpeller sur cette question qui pose la pertinence d’une perspective de multidisciplinarité inhérente à bon nombre de problématiques de design. N’est-il pas accepter de plus en plus que les projets auxquels sont confrontés les professionnels commandent de dépasser les approches traditionnelles pensées en termes de spécialités ? Les enjeux de la ville et de son développement sont un bon exemple de cette nécessité où le projet se pose en termes de service à offrir à une collectivité et de contribution à une qualité de vie et de cadre de vie. Qu’il s’agisse d’une poubelle, d’un rack de vélo ou encore d’un stationnement, d’un parc, d’une aire de jeux, intervenir dans l’espace urbain commande de comprendre les échelles d’intervention de l’urbain, les dynamiques spatiales, sociales et politiques qui les déterminent et qui dépassent les compétences d’un seul et même professionnel. Aussi, les demandes sociales des collectivités et la participation de plus en plus active des individus aux transformations de la cité invitent à ouvrir le champ de l’expertise du projet à de nouvelles approches et méthodes. Les professionnels du design deviennent par conséquent des médiateurs des transformations plus que de simples créateurs de ces transformations. Cela pose en outre la question à savoir si de l’architecte, du designer industriel ou de l’architecte-paysagiste ou de l’urbaniste revient la réflexion sur le design d’une poubelle publique, d’un luminaire urbain ou d’un parc dans la mesure où d’un l’un ou de l’autre, les équipements publics, les espaces et les personnes ne sont pas indépendants les uns des autres et ne peuvent se passer d’une connaissance fine de chacune des dimensions du projet pour arriver à une proposition appropriée ? N’est-il pas temps de cerner les enjeux d’une intervention avec plus d’acuité et plus d’expertises concertées dont le citoyen au premier rang ? Dans le design de produits ou dans l’aménagement intérieur, cela est également manifeste. J’aimerais souligner à titre d’exemple l’excellent projet WAIT de la firme Fuelfor de Barcelone qui, dans le champ du design social, s’est penchée sur les salles d’attente dans les hôpitaux.

    http://www.fuelfor.net/fuelfor/waitbook.html

    L’intervention s’est fondée sur une solide analyse de la problématique sur le plan spatial et social mais également par une approche multidisciplinaire du design jumelant design de mobilier, design de service, design d’applications web, signalétique, etc. Ainsi, la force d’un projet devient de plus en plus d’offrir plus qu’une réponse à un besoin pensé en termes d’une expertise unique mais d’une proposition à plusieurs échelles qui répond à la diversité des usagers, des usages et anticipent ceux à venir. Et quant à la formation, comment se fait-il en effet qu’au cœur même de l’enseignement, ces enjeux d’évolution même des pratiques ne soient que très peu transposer dans le corpus des cours et des programmes très refermés sur eux-mêmes ? En ce sens, penser le design doit à mon sens se faire de plus en plus de manière transversale aux différentes disciplines du design et se fonder sur une connaissance de plus en plus fine des enjeux des projets et qui obligent à mieux se saisir d’une multiplicité d’outils, de connaissances et de compétences.

  5. Paru récemment dans The Designer Observer et rédigé par Barry Bergdoll, commissaire en chef en architecture et en design du MOMA : «Having worked side-by-side with diverse professionals, I am more than ever convinced that a cooperative, multidisciplinary approach is fundamental to the future vitality of the field – and essential if designers are to contribute to solving the enormous problems of our day».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s